Fiscalité des placements financiers au Luxembourg

Placer son argent au Luxembourg peut-être motivé par la fiscalité des placements financiers, parfois différente de celle que l’on peut rencontrer en France ou en Belgique. La fiscalité de l’épargne est différente selon sa situation dans le pays, ainsi, que l’on réside au Luxembourg ou non, les taxes appliquées ne seront pas les mêmes.


La fiscalité de l’épargne pour les résidents au Grand Duché du Luxembourg


Voir aussi notre article sur l’impôt sur la fortune au Luxembourg

Les contribuables luxembourgeois bénéficie d’une fiscalité avantageuse pour les placements financiers, même si une loi récente, promulguée en 2005 a changé la donne. En effet, est apparue pour la première fois l’apparition d’un prélèvement libératoire à la source, pour certains placements immobiliers.

Ainsi, si l’épargnant est une personne physique qui réside au Luxembourg (attention, il faut pour cela passer plus de 6 mois dans le Grand Duché, et pouvoir prouver que le Luxembourg est bien le pays de sa résidence principale, on a récemment vu certains sportifs censés résider en Suisse avoir du mal à justifier de ces 6 mois + 1 jour sur place), il peut devoir s’acquitter d’une taxe de 10 %, directement à la source.


Mais que les résidents luxembourgeois se rassurent

Le fait ne plus être assujetti à l’ISF depuis 2006 compense largement cette retenue à la source. Tous les placements ne sont d’ailleurs pas couverts par cette fiscalité, le mieux est encore de se renseigner après de son banquier.

Pour ceux qui sont à la recherche d’une banque au Luxembourg, voir aussi notre article sur les meilleures banques pour frontaliers.

La fiscalité de l’épargne pour les résidents de l’union européenne (hors Grand Duché)


Voir aussi : placer de l’argent au Luxembourg si l’on n’y réside pas

Il semble que les non résidents luxembourgeois ne bénéficient pas des mêmes avantages que les résidents du Grand Duché, bien que la fiscalité continue à être avantageuse, pour les français et pour les suisses notamment.

Ainsi, depuis juin 2011, la retenue à la source est passée de 15 à 20 %, en ce qui concerne les intérêts générés par les placements des non résidents de l’union au Luxembourg (et parmi eux beaucoup de belges et de français qui viennent pour « profiter » de la fiscalité avantageuse des placements au grand duché).

Ce système de prélèvement à la source, qui avantage d’ailleurs les non résidents, permet de conserver un relatif secret bancaire sur les transactions, et de contenter ainsi les administrations fiscales des autres pays qui peuvent ainsi récupérées quelques taxes sur de l’argent qui a quitté légalement le pays (si celui-ci a bien été déclaré à l’administration fiscale de son pays de résidence). Bien sur, il existe des placements qui ne génèrent pas d’intérêts qui soient automatiquement assujettis à cette taxe, voire la liste avec sa banque.

Il faut savoir en outre qu’il est fréquent qu’entre le Luxembourg d’un côté, et la France et la Belgique de l’autre, il est fréquent qu’il y ait un échange d’informations, moyen de lutter contre l’évasion fiscale.

Attention, les informations de cet article ne sont pas forcément exhaustives, pour un complément ou une mise à jour des infos sur la fiscalité des placements financiers au Luxembourg, se renseigner auprès de sa banque dans le Grand Duché.